Nathalie Spassky

Prix Camille Woringer 2017

Nathalie Spassky, Directrice de l’équipe « Biologie des cils et neurogenèse », Institut de Biologie de l’École normale supérieure (ENS/CNRS/Inserm), vient d'être récompensée par le Prix Camille Woringer 2017 de la Fondation pour la Recherche Médicale.

Au rythme des cellules ciliées de notre cerveau

Neurobiologiste, Nathalie Spassky poursuit des travaux de recherche sur des cellules singulières du cerveau, appelées cellules épendymaires multiciliées. Ces cellules bordent les cavités du cerveau des mammifères. Les battements très rapides, coordonnés et synchronisés de leurs dizaines de cils permettent le brassage continu du liquide qui circule dans ces cavités, le liquide céphalorachidien (LCR). Elles jouent ainsi un rôle prépondérant dans le maintien du milieu intérieur du cerveau. La chercheuse a montré que leur localisation et leur morphologie particulière s’acquièrent au cours du développement cérébral et se maintiennent tout au long de la vie puisqu’elles ne régénèrent jamais au stade adulte.
Les maladies associées à un dysfonctionnement de ces cellules sont graves, comme l’hydrocéphalie (une compression du tissu cérébral due à l’accumulation de LCR dans les cavités cérébrales) ou certaines maladies neurodégénératives, telles les maladies de Huntington et d’Alzheimer.
L’équipe de Nathalie Spassky a donc pour objectif de comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires qui sous-tendent le développement de ces cellules, si importantes pour la survie des circuits de neurones. Grâce à des techniques avancées de microscopie, elle a pu visualiser la formation des cils ; par ailleurs, elle a observé la manière dont s’effectue la coordination de leurs battements sur des cultures de cellules de souris reproduisant le développement cérébral. Récemment les scientifiques ont découvert les mécanismes par lesquels les progéniteurs de cellules épendymaires contribuent à la formation des cavités ventriculaires.  
En comprenant le développement et le fonctionnement normal de ces cellules, Nathalie Spassky espère in fine aboutir à des stratégies régénératives innovantes. De manière inattendue, ses travaux ouvrent des perspectives plus vastes : en effet, la biologie des cellules épendymaires multiciliées semble avoir des points communs avec celle des cellules tumorales.


Parcours

C’est au cours de son post-doctorat, à l’Université de Californie à San Francisco, que Nathalie Spassky débute ses travaux sur les cellules épendymaires au cours de la formation du cerveau. En 2003, elle revient dans l’équipe de Bernard Zalc, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, et intègre l’Inserm pour y poursuivre ses recherches. Elle est promue directrice de recherche en 2010 et rejoint l’Institut de Biologie de l’École Normale Supérieure, où elle établit son équipe « Biologie des cils et neurogenèse ».

Distinctions

2005 : Prix Fondation NRJ de l’Institut de France
2014 :  Lauréate de l’ERC consolidator grant 2014.