Des algues qui produisent de l’électricité
A+
A-

Une collaboration mise en place ces dernières années entre des chercheurs de l’IBPC (UMR 7141 – IBPC/CNRS/UPMC) et du pôle Électrochimie du département de chimie de l’ENS (UMR 8640 PASTEUR – ENS/CNRS/UPMC) a abouti au développement d’un système d’extraction des électrons photosynthétiques sous la forme d’une solution d’algues éclairée.

La photosynthèse est le moyen utilisé par les plantes, les algues ou certaines bactéries pour tirer profit de l’énergie solaire et ainsi synthétiser leur propre matière organique. D’une certaine manière, la photosynthèse est une pile qui s’ignore puisque sous l’effet de la lumière, deux réactions distinctes d’oxydation (de l’eau) et de réduction (du CO2) ont lieu, séparées par une succession de transferts d’électrons au niveau de la chaîne photosynthétique. Dans ce contexte, tout organisme photosynthétique apparait comme un réservoir d’électrons potentiel « révélé » par la lumière. La tentation de ponctionner quelques électrons « en trop » à la fois pour produire de la bioélectricité mais aussi soulager l’organisme sous forte illumination est donc bien grande...

Dans ce contexte, une collaboration mise en place ces dernières années entre des chercheurs de l’IBPC (UMR 7141 – IBPC/CNRS/UPMC) et du pôle Électrochimie du département de chimie de l’ENS (UMR 8640 PASTEUR – ENS/CNRS/UPMC) a abouti au développement d’un système d’extraction des électrons photosynthétiques sous la forme d’une solution d’algues éclairée. À cet égard, « l’aspirateur à électrons » est une électrode baignant dans la solution et des quinones jouent le rôle de cargo en allant chercher les électrons de la chaîne photosynthétique située à l’intérieur des algues pour les restituer à la surface de l’électrode.


Contact Chercheurs :
Frédéric LEMAITRE, MCF UPMC - Manon GUILLE-COLLIGNON, MCF UPMC
UMR 8640 PASTEUR (ENS/CNRS/UPMC)
Contact Communication Chimie :
Nicolas LEVY, Département Chimie ENS