Alain Brillet et Thibault Damour, Médailles d’or du CNRS 2017
A+
A-

Ce mercredi 27 septembre 2017, le CNRS a attribué deux médailles d'or aux physiciens Alain Brillet et Thibault Damour (ancien normalien),  récompensés pour leurs contributions majeures à la détection des ondes gravitationnelles.

Le CNRS salue ainsi les apports théoriques et instrumentaux majeurs qui ont permis, le 14 septembre 2015, la toute première détection directe d’ondes gravitationnelles par les deux détecteurs LIGO, situés aux États-Unis. Un siècle après qu’Einstein a prédit leur existence, il aura fallu plusieurs mois d’analyses par les scientifiques de la collaboration LIGO et leurs collègues de la collaboration VIRGO (constituée autour du détecteur européen du même nom) pour confirmer et annoncer, le 11 février 2016, la captation d’ondes gravitationnelles émise à la suite d’une coalescence de deux trous noirs.

Par ses travaux sur les lasers stabilisés, Alain Brillet, visionnaire dans le développement des détecteurs d'ondes gravitationnelles, est l'un des pères de l'instrument européen Virgo. Les travaux théoriques de Thibault Damour, spécialiste des trous noirs et du rayonnement gravitationnel, ont été déterminants dans l'analyse des données des détecteurs d'ondes gravitationnelles.

Cette récompense décernée par le CNRS, plus haute distinction scientifique française, leur sera remise le 14 décembre 2017 au cours d'une cérémonie au Collège de France.

 

Thibault Damour

Thibault Damour, né le 7 février 1951 à Lyon, entre à l'École normale supérieure en 1970. Agrégé de sciences physiques en 1974, il soutient la même année une thèse de doctorat en physique théorique. Il entre au CNRS en 1977, au sein du Département d'astrophysique relativiste et de cosmologie. Depuis 1989, il est professeur permanent à l'Institut des hautes études scientifiques, à Bures-sur-Yvette.

Les travaux de Thibault Damour s'articulent autour de la théorie de la relativité générale d'Einstein, de la cosmologie, et des nouveaux concepts de gravitation nés de l'unification, par la théorie des cordes, de la relativité générale et de la théorie quantique. Thibault Damour a contribué à la fois à la détection indirecte d'ondes gravitationnelles, dans les années 1980, et plus récemment à leur détection directe.

Retrouvez la conférence de Thibault Damour sur Savoirs-ENS : General Relativity, Gravitational Waves and Black Holes

 

Alain Brillet

Alain Brillet est directeur de recherche émérite au laboratoire Artemis (CNRS, université Nice Sophia Antipolis/Observatoire de la Côte d’Azur). Il s’est très tôt intéressé aux techniques de détection des ondes gravitationnelles reposant sur des interféromètres géants qui reposent sur des technologies lasers. En 1989, le projet du détecteur Virgo est présenté au CNRS et à l’institut de physique nucléaire italien. Il dirigera, puis co-dirigera, de 1989 à 2003 le consortium de l’expérience qui sera construit à Cascina, près de Pise. À partir de 2008, il participe activement à la conception du système laser d’Advanced Virgo (qui a pris ses premières données cet été).  Alain Brillet a également beaucoup œuvré pour le rapprochement des équipes de LIGO et Virgo qui a rendu possible, grâce à un effort commun, la détection de la première onde gravitationnelle le 14 septembre 2015.

Retrouvez la conférence de Alain Brillet sur Savoirs-ENS: Détection du rayonnement gravitationnel : Virgo, LISA, projets futurs