Ecrire l'absence

Atelier pluridisciplinaire à l’occasion de la parution de "Ecrire l’absence – Au bord de la nuit" de Dorothée Legrand

Cet atelier entre danse, philosophie et psychanalyse est l’occasion de travailler à partir des mots-clés : Écrire l’absence. Philosophes et psychanalystes se réunissent pour travailler ensemble les problématiques de la perte et de la trace, de la mélancolie et de la maladie. Leurs réflexions sont aiguillées par une question aussi urgente qu’insistante : comment survivre ? Pour introduire et conclure ces débats théoriques et cliniques, l’absence non seulement se pense mais aussi se danse.
écrire l'absence
PROGRAMME

Mercredi 2 octobre 2019
Lieu : Salle des Actes, ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

21h : danse
Aimer – Remous chorégraphiques d’Ecrire l’absence à travers un corps dansant et 10 phrases du livre tirées au sort.
Avec : Marguerite Papazoglou, danseuse chorégraphe et Claude Parle, composition instantanée
Musique : John Cage, Music for piano 4-84 overlapped sur un enregistrement de Pascale Berthelot.

 

Jeudi 3 octobre 2019
Lieu : Salle U209, ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris
14h-18h : philosophie et psychanalyse

14h : Don d’ignorance et outils de distance (Les demeurées, Jeanne Benameur)
Intervenante : Dorothée Legrand, chercheur en philosophie (CNRS-ENS, Archives Husserl) et psychanalyste.

14h30 : L’écriture mélancolique
Intervenante : Laurence Joseph, psychanalyste, psychologue clinicienne, directrice de la collection Psychanalyse aux Editions Hermann et membre du comité scientifique de l’Institut Hospitalier de Psychanalyse (IHP) à L’Hôpital Sainte-Anne.

15h30 : Tenu par l’impossible
Intervenant : Nicolas Bendrihen, docteur en psychopathologie clinique et psychanalyste, exerce à l’Institut de Cancérologie Gustave Roussy à Villejuif, et en cabinet à Paris, membre de l’Ecole de Psychanalyse des Forums du Champ lacanien, et de la Société Française et Francophone de Psycho- Oncologie.

17h : « Die Welt ist fort, ich muss dich tragen »
Intervenante : Elise Lamy-Rested, boursière postdoctorale de l'Université Libre de Bruxelles et directrice de programmes au Collège International de Philosophie.

18h : Éprouver l’absence : la résistance de la trace
Intervenante : Manon Piette, doctorante en philosophie, ENS, Université Bordeaux Montaigne, diplômée de psychologie clinique par l’Université Paris VII.

21hOrphée & Eurydice (projection d'un spectacle chorégraphique)
Lieu : Salle Dussane, ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Opéra-danse de Pina Bausch, musique de Christoph W. Gluck, ballet de l’Opéra national de Paris. Projection de la captation d’une représentation donnée au Palais Garnier en février 2008. 104 min. Sous-titres français.

 

A propos de l'OUVRAGE écrire l'absence (De dorothéE LEGRAND)

Comment survivre à l’absence ? Pour répondre à cette question, la phénoménologie retrouve d’abord la force de son geste premier : suspendre l’évidence de la présence. Mais là où la phénoménologie voudrait la réduire, l’absence résiste : aucune présence ne s’y fait jour. L’absence est impossible à compenser, il faut composer avec elle et prendre la mesure de son jeu avec la présence – jeu brisé dans l’anorexie et la mélancolie, où l’absence met la vie elle-même à l’épreuve.
La psychanalyse fait alors entendre autrement la question de l’absence. Elle est ici refusée à la négativité, à la carence. Elle est pensée avec ses plis et ses espaces, comme autant de sources : ressources d’altérité, de différence, de singularité. L’absence devient ainsi un opérateur clinique, quand elle n’est plus le signe d’un manque mais vient en inscrire le bord.

 

dorothée legrand

Dorothée Legrand est chercheur en philosophie (Archives Husserl, CNRS , Ecole normale supérieure, Paris Sciences et Lettres Research University) et psychanalyste. Depuis 2014, elle anime le séminaire « Articulations philosophiques et psychanalytiques » à l’École normale supérieure de Paris.

Mis à jour le 17/9/2019