Régis Debray
A+
A-

Promotion 1960 – Lettres

Cacique au concours d’entrée, Régis Debray part -aussitôt après avoir été agrégé de philosophie- en Bolivie à la suite de Che Guevara. Il est y capturé et emprisonné pendant quatre ans. Après sa libération, il devient chargé des relations internationales auprès de François Mitterrand, alors président de la République. Il fonde ensuite dans les années 1990 une nouvelle discipline, la médiologie, qui analyse les liens entre la technique et la culture.

Régis Debray
1981-1985, chargé de mission auprès du Président de la République pour les relations internationales.
1984-1985, secrétaire Général du Conseil du Pacifique Sud.
1985-1992, maître des Requêtes au Conseil d’État. 
1991-1992, responsable culturel du Pavillon français à l’exposition universelle de Séville.
1993, thèse de doctorat, Paris I, titre : « Vie et mort de l’image. Une histoire du regard en Occident », sous la direction de M. François Dagognet.
1994, habilitation à diriger des recherches, sur travaux, jury présidé par M. Bourgeois, en Sorbonne.
1996, naissance des Cahiers de Médiologie.
1998, directeur de programme au Collège international de philosophie (avec François Dagognet, un séminaire sur « Technique et Philosophie »).
1998-2002, président du Conseil scientifique de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSIBB).
1999, professeur de philosophie à l’Université Jean Moulin, Lyon III.
2002-2004, président de l’Institut Européen en Sciences des Religions.
2005, créé la revue Médium, transmettre pour innover et devient président d’honneur de l’Institut européen en sciences des religions.
2011-2015, membre de l’académie Goncourt.

Cette semaine à l'ENS

Voir Tout l’agenda