L’international
A+
A-

l'international

L’École normale supérieure a affirmé très tôt sa vocation internationale. Dès 1810, était créée à Pise une « École sœur », la Scuola Normale Superiore. Les deux Écoles furent des pionnières de la coopération universitaire européenne. Un peu plus tard, en 1923, le Collège Eötvös de Budapest reprit lui aussi le modèle académique de l’ENS.

Une tradition d’ouverture

Aujourd’hui, l’École maintient et enrichit sa tradition d’ouverture à l’international. Elle ouvre ses départements et laboratoires à ses 200 partenaires universitaires dans le monde en accueillant chaque année plusieurs centaines de professeurs et de chercheurs étrangers pour des périodes d’un à six mois.

Une centaine d’étudiants viennent étudier à l’ENS dans le cadre du programme Erasmus+ et des accords bilatéraux, au même titre qu’une centaine de normaliens partent dans le cadre de la mobilité étudiante en séjour d’études, en stage de recherche ou bien en tant que lecteur de FLE ; les possibilités sont nombreuses.

Parallèlement, les normaliens ont la possibilité de postuler aux programmes d’échanges proposés par PSL (Université de Pékin Beida, Université de New York, Université Columbia, etc.).

 

Stratégie internationale

La stratégie mise en œuvre par la Direction des Relations internationales repose sur le choix de partenaires privilégiés et répond à l’alliance de plusieurs caractéristiques : l’identification d’aires géographiques stratégiques, l’existence de liens de coopération actifs entre chercheurs, la qualité des établissements. Elle n’exclut pas les actions ponctuelles dans d’autres pays et participe à la stratégie internationale de PSL.

Elle coordonne également la Sélection internationale.

En Europe, la Direction des Relations internationales a identifié des partenaires privilégiés, avec lesquels les liens sont anciens et dynamiques. Ces universités constituent le socle des échanges ERASMUS+ : les Universités d’Oxford et Cambridge au Royaume-Uni, l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) et l’ETH (École polytechnique fédérale de Zurich) en Suisse, l’Université libre de Berlin, l’Université Humboldt ainsi que la Fondation Maximilianeum à Munich en Allemagne, et l’Université de Rome « La Sapienza » en Italie.

Dans le sillage des accords de mobilité étudiante en lettres et sciences signés avec l’Université Columbia en 2010 et l’Université de Princeton en 2011, les échanges riches et divers avec les Etats-Unis sont organisés au travers d’un réseau d’une dizaine de partenaires privilégiés tels que l’Université Harvard, l’Université Yale, l’Université Columbia, l’UCLA (Université de Californie à Los Angeles), etc..

Perspectives de développement 

La Direction des Relations internationales a une action incitative pour la mobilité étudiante et enseignante. Indépendamment des accords qu’elle possède dans plus d’une vingtaine de pays en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud, l’ENS développe son potentiel de coopération avec des pays d’Afrique et du Moyen-Orient (accords signés en 2016 à Dakar et à Beyrouth).

Soutien à la francophonie

Une cinquantaine de normaliens partent chaque année sur des postes de lecteurs dans différents pays. Ils y enseignent la langue française et concourent au rayonnement de la culture française. Grâce à une convention signée avec le Ministère des Affaires étrangères, plusieurs d’entre eux partent effectuer un stage au sein des ambassades et notamment au sein des services culturels.
L’ENS maintient son engagement dans le consortium académique de l’Université Galatasaray à Istanbul par l’envoi de lecteurs normaliens.
Entrée au consortium académique du Collège universitaire français de Moscou et au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg en 2010, l’ENS accueille régulièrement des étudiants russes en Master via la Sélection internationale et envoie au Collège des enseignants-chercheurs dans les disciplines qui y sont représentées (philosophie, lettres modernes, histoire, sciences sociales).
 

Mis à jour le 26/4/2017

Cette semaine à l'ENS

Voir Tout l’agenda