FR  |  EN  
  ENS sur facebook ENS sur twitter ENS sur youtube ENS sur google+
École normale supérieure
Lien vers la page d'accueil de l'ENS Lien vers l'article de l'ENS
> L’ÉCOLE > Deux siècles d’excellence

Deux siècles d’excellence

L’École normale supérieure a été créée à Paris, en 1794, pendant la Révolution française. Le 9 brumaire an III, la Convention décréta « qu’il serait établi à Paris une École normale, où seraient appelés, de toutes les parties de la République, des citoyens déjà instruits dans les sciences utiles, pour apprendre, sous les professeurs les plus habiles dans tous les genres, l’art d’enseigner. » En 1847, l’École normale supérieure s’est installée rue d’Ulm, sur la montagne Sainte-Geneviève, à quelques pas de la Sorbonne et du Collège de France.

Promotion 1878

Promotion 1878
On y reconnaît Jaurès et Bergson

Très tôt, l’École normale supérieure abrita une recherche d’élite. Au milieu du XIXe siècle, Louis Pasteur conduisit ses travaux en ses murs. L’École normale supérieure fut pendant des décennies le haut lieu de la vie intellectuelle et scientifique française. Elle a participé à tous les grands débats d’idées qu’a connus la France moderne, de l’affaire Dreyfus aux mouvements des années 30, de la fondation des sciences humaines à l’avant-garde des années 70. Elle forma des générations entières de serviteurs de l’État, ministres et hauts fonctionnaires, tels Victor Duruy (L., 1830), Jean Jaurès (L., 1878), Léon Blum (L., 1890), ou Georges Pompidou (L., 1924).

 L’École normale supérieure d’aujourd’hui résulte de la fusion, réalisée en 1985, entre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et l’École normale supérieure de jeunes filles, installée à Sèvres d’abord, puis à Paris, boulevard Jourdan, de 1940 à 1985. Cette dernière avait été créée en 1881, un an après la loi Sée (1880) ouvrant l’enseignement secondaire aux jeunes filles, et trois ans avant la création d’une agrégation féminine de sciences (1884).


Louis Pasteur (1822 – 1895)

Louis Pasteur

L’illustre savant, administrateur et directeur des études scientifiques de l’ENS, incarna l’autorité et la discipline. Dès son arrivée en 1857, il rédige des rapports sur les réformes qu’il juge indispensables. Il modernise les laboratoires et crée en 1864, les Annales scientifiques de l’École normale supérieure, publication de haut niveau qui assure à l’École un nouveau rayonnement. 

Simone Weil (1909 – 1943)

Simone WeilPhilosophe, syndicaliste, femme militante et mystique, Simone Weil fut une intellectuelle de premier plan, engagée dans tous les grands événements et combats de son temps (grèves de 1935-36, Front populaire, guerre d’Espagne, résistance au nazisme). 
Visionner l’hommage de l’ENS pour le centenaire de sa naissance


Aimé Césaire (1913 – 2008)

Aimé CésaireÀ la fois poète reconnu de son vivant et homme politique français, député de la Martinique et maire de Fort-de-France pendant plusieurs décennies, Aimé Césaire fut un humaniste fervent. Il créa, notamment avec Léopold Sedar Senghor, le concept de « négritude » et contribua à ce que la colonie de la Martinique devienne un département français.
Visionner l’hommage de l’ENS à Aimé Césaire



Assia Djebar (1936-2015)

Historienne, écrivain et cinéaste, Assia Djebar est la première Algérienne et la première femme musulmane à intégrer l’École. Elle a été membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, membre élue en 2005 à l’Académie française, et docteur honoris causa de plusieurs universités étrangères. Elle fut une des grandes porte-paroles de l’émancipation des femmes algériennes et de la lutte contre le colonialisme.

Régis Debray (né en 1940)

Cacique au concours d’entrée, Régis Debray part -aussitôt après avoir été agrégé de philosophie- en Bolivie à la suite de Che Guevara. Il est y capturé et emprisonné pendant quatre ans. Après sa libération, il devient chargé des relations internationales auprès de François Mitterrand, alors président de la République. Il fonde ensuite dans les années 1990 une nouvelle discipline, la médiologie, qui analyse les liens entre la technique et la culture.

Annick Suzor-Weiner (promotion 1969)

Cette physicienne, professeur d’université hors classe, est spécialisée en physique nucléaire, moléculaire et optique. Elle est membre active de nombreuses sociétés savantes et fait partie de la Commission française pour l’UNESCO et du Programme international relatif aux sciences fondamentales. Elle est également conseiller pour la science et la technologie à l’Ambassade de France à Washington, contribuant ainsi au rayonnement scientifique et intellectuel de la France dans le monde.

Contacts & Plans  |   L'ENS recrute  |   Marchés publics  |   Annuaire  |   Intranet-ENT  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   ENS sur facebook ENS sur twitter ENS sur youtube ENS sur google+