Mobilités sociales et migrations internationales

Colloque (hors-les-murs)

Ce colloque, invitant à penser les liens entre migrations internationales et mobilités sociales, voudrait faire émerger un ensemble de travaux réactualisant la question des mobilités sociales en migration. Il vise à interroger, du point de vue des dynamiques de mobilités sociales, la multiplicité des positionnements sociaux des migrants d’une société à une autre.
Mobilités sociales et migrations internationales

AU PROGRAMME

Jeudi 13 juin

École d’Économie de Paris – Salle R2.01

9h-9h30 : Accueil des participant.e.s

9h30-10h45 : conférence inaugurale
François Héran (Collège de France, Institut Convergences Migrations), La migration, un cas particulier de mobilité sociale

11h-13h : Session 1 : Faire valoir les ressources acculées en migration dans le pays de départ
Présidente de séance : Simeng Wang (CERMES3, CNRS)
Discutant : Pape Sakho (Laboratoire de Géographie Humaine, U. Cheikh Anta Diop de Dakar)
- Louise Caron (Sciences Po (OSC-LIEPP), INED), Migrations internationales et carrières professionnelles. Des bénéfices inégalement répartis ?
- Julien Debonneville (Institut des études genre, U. Genève), Regards croisés sur les mobilités des travailleuses domestiques philippines
- Florence Lévy (CERI, Sciences Po), Quand classement rime avec déclassement. La négociation des statuts sociaux à l'échelle transnationale par des hommes et femmes de Chine du Nord à Paris
- Cécile Navarro (Institut des sciences sociales des religions, U. Lausanne), (Im)mobilités sociales et géographiques au sein de la scène rap au Sénégal

14h30-16h. Session 2 : La dimension résidentielle des classements sociaux
Présidente de séance : Jennifer Bidet (CERLIS, U. Paris Descartes)
Discutante : Hélène Steinmetz (IDEES, U. Le Havre)
- Leila Drif (IRIS, EHESS), Nouveaux rentiers du refuge et "transfuges" sociaux en exil. Trajectoires résidentielles de la mobilité sociale entre réfugiés syriens et Libanais à Beyrouth
- Joanne Le Bars (CURAPP-ESS, IRD), « Le salon des pauvres ». Petits déplacements sociaux sur la scène résidentielle : des femmes kayésiennes (Mali) sans-papiers venues seules en Île-de-France
- Anna Perraudin (CITERES, U. Tours), La propriété, un filet de sécurité pour les immigrés ? L’apport d’un éclairage transnational

16h30-18h : Table ronde : Migrations et classements sociaux
Présidente de séance : Liza Terrazzoni (EHESS, CEMS)
Anne-Sophie Bruno (CHS , U. Paris 1), Gilles Guiheux (CESSMA , U. Paris Diderot), Amélie Le Renard (CMH, CNRS), Olivier Leservoisier (CEPED, U. Paris Descartes), Dominique Vidal (URMIS, U. Paris Diderot).

Vendredi 14 juin (École d’Économie de Paris – Salle R2.21)

9h-10h30 : Session 3 : Classement et déclassements dans les migrations académiques
Président de séance : Anton Perdoncin (CMH, ENS)
Discutante : Sophie Orange (CENS, U. Nantes)
- Gabrielle Angey (IRISSO, U. Paris-Dauphine-PSL), « Race et classe » dans les interactions quotidiennes entre Turcs et Africains au sein du mouvement musulman Gülen à Istanbul
- Vinicius Kaue Ferreira (IIAC, LAIOS, EHESS), Circulations académiques comme « downwards mobility » : le cas des chercheurs sud-asiatiques en Europe
- Mohamed Saïb Musette (CREAD, U. Alger 2), Analyse comparative des étudiants en mobilité internationale vers et à partir d’Algérie

11h-13h : Session 4 : Convertir (inégalement) ses ressources en immigration
Président de séance : Hugo Bréant (DYSOLAB, CESSP, U. Rouen)
Discutant : Mehdi Alioua (U. Internationale de Rabat)
- Hadrien Dubucs (ENeC, U. Paris Sorbonne), Les paradoxes d’une migration « dorée » : figures et trajectoires sociales des Français aux Emirats Arabes Unis
- Lorena Izaguirre (Centre d’études du Développement – IACCHOS, UC de Louvain), Trois âges de la migration péruvienne à Sao Paulo : reclassements, déclassements et (im)mobilités
- Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU, U. Paris 8, INED) Une approche ethnographique de la comparaison au sein des classes populaires européennes. Une enquête auprès de migrant.e.s portugais.e.s en France.
- Pauline Vallot (CESSP, ENS Paris), La migration comme renversement des rapports de pouvoir linguistiques. Pertes et profits des ingénieur·es aéronautiques en mobilité internationale

14h30-16h30 : Session 5 : Des mobilités sociales saisies par les relations familiales
Présidente de séance : Amélie Grysole (CNAM, CEET, CMH)
Discutante : Chelsie Yount-André (CIRAD, U. Montpellier)
- Yacine Amenna (Centre Norbert Elias, EHESS), « La Mercedes de la famille » : Penser les parcours de mobilités et de migrations des jeunes joueurs de football en France et en Allemagne.
- Sylvaine Camelin (LESC, U. Paris Nanterre), Assistantes familiales en région parisienne : un métier porté par la migration
- Claire Cosquer (OSC, U. Toulouse-Jean Jaurès), Une cage dorée ? Ambivalences des bénéfices migratoires chez les « expatriées » françaises à Abu Dhabi
- Pamela Feldman-Savelsberg (LAS, Carleton College), Moving Up and Holding Ground: Ambition and Anxiety in Cameroonian Migrants’ Childhood Celebrations

17h-18h. Synthèse et conclusion du colloque par Florence Weber (CMH, ENS Paris)

 

Comité d’organisation
Jennifer Bidet (U. Paris Descartes, Cerlis), Hugo Bréant (U. Rouen, Dysolab, CESSP), Amélie Grysole (CNAM, CEET, CMH), Anton Perdoncin (ENS, CMH), Liza Terrazzoni (EHESS, CEMS), Simeng Wang (CNRS, CERMES3).

Comité scientifique
Cris Beauchemin (INED, MIM), Stéphane Beaud (U. Poitiers, GRESCO), Sylvie, Bredeloup (IRD, UMR LPED/Accueil UMR LISST), Anne-Sophie Bruno (U. Paris 1, CHS), Sébastien Chauvin (U. Lausanne, ISS), Jennifer Cole (U. Chicago, Comparative Human Development), Altaïr Despres (U. Chicago, CNRS - IMAF), Hamidou Dia (IRD, CEPED), Flore Gubert (IRD, DIAL), Linda Guerry (LARHRA), Virginie Guiraudon (CNRS, CEE), Cédric Hugrée (CNRS, CSU-CRESPPA), Mathieu Ichou (INED, OSC), Fanny Jedlicki (U. Havre, IDEES), Marylène Lieber (U. Genève, IEA de Paris), Adelina Miranda, (U. Poitiers, Migrinter), El Mouhoub Mouhoud (U. Paris-Dauphine, PSL Research University, IRD, LEDa, DIAL), Jules Naudet (CNRS, CEIAS), Julie Pagis (CNRS, IRIS), Elise Palomares (U. Rouen, Dysolab, URMIS), Emmanuelle Santelli (CNRS, Centre Max Weber), Camille Schmoll (U. Paris Diderot, Géo Cité), Ettore Recchi (Sciences Po, OSC), Anne-Catherine Wagner (U. Paris 1, CESSP), Claire Zalc (CNRS, IHMC, EHESS).

Mis à jour le 27/5/2019