Langues, textes, œuvres : culture et décentrement

Échanges ENS de Yaoundé - ENS de Paris

L’ENS de Paris/ Labex TransferS et l’ENS de Yaoundé organisent en 2019 deux semaines de travaux interdisciplinaires communs, avec deux sessions organisées respectivement à Yaoundé (18-23 février 2019) et Paris (21-23 mai 2019).

21-23 mai 2019
29 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle 236

Pour prolonger et développer les liens du Labex Transfers avec le Cameroun, le double programme scientifique réunit linguistes, historiens, philosophes français et camerounais pour proposer conférences et ateliers autour des axes de réflexion suivants :

1. Étude interdisciplinaire des transferts culturels et intellectuels issus d’une situation coloniale (Allemagne- – Cameroun, France – Cameroun)
On s’intéressera aux détours qu’effectue une culture pour s’enrichir en se décentrant de ses propres coordonnées, via différents supports de transferts : langues, textes, œuvres matérielles.
2. Textes et décentrement 
Comment pense-t-on « entre » les langues ? Cet axe présentera un état de réflexion sur le plurilinguisme et son potentiel de créativité aussi bien en littérature que dans les autres disciplines des sciences humaines, réflexion sur les effets de pensée liés à l’opération de traduction.
3. Critique génétique appliquée aux littératures africaines

Les conférences sont ouvertes à tous.
Les ateliers sont des lieux de réflexion méthodologique. Ils sont ouverts aux étudiants et aux chercheurs de tout établissement sur inscription préalable auprès de la responsable du programme (charlotte.morel@ens.fr) jusqu’au 15 avril 2019.

Dans le souci d’une véritable interdisciplinarité, il n’y a pas de prérequis de connaissances linguistiques ni d’affiliation disciplinaire.


Programme de la semaine parisienne
                                   

Mardi 21 mai 2019 - Vitalités des multilinguismes : transferts en linguistique et en littérature

Matinée  9h30-13h
9H30 E. Ngue Um (ENS Yaoundé) : Allemand – camerounais : transferts linguistiques et représentations cognitives
10H30J. Ndibnu-Messina Ethe (ENS Yaoundé/Douala) et Pierre Frath (Université de Reims Champagne Ardennes) : La culture à l’école primaire camerounaise : l’enseignement dans les sociétés plurilingues - la promotion des langues patrimoniales africaines
11h50 O. Anokhina (ITEM Paris) : Multilinguisme et créativité littéraire

Après-midi – 14h45-17h45
Atelier : C. Riffard, N. Martin-Granel, C. Gahungu (ITEM Paris) : Questions de génétique en Afrique : traces, supports et circulations des textes et des arts.
L’approche génétique invite à renouveler l'approche des littératures africaines par l'analyse des processus d’écriture. L’atelier sera l’occasion d’explorer des dossiers manuscrits légués par des écrivains (Sony Labou Tansi, Mouloud Feraoun, J. J. Rabearivelo) ou des éditeurs.

Mercredi 22 mai - L’histoire allemande du Cameroun- allers et retours

Matinée 9h-12h30
9h E. D. Eloundou (ENS Yaoundé) : L’histoire allemande du Cameroun
10h B. Savoy (Collège de France / Technische Universität Berlin) : Regards muséographiques sur les œuvres camerounaises en France et en Allemagne
11h30 C. Trautmann-Waller (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3 / IUF) : « Cameroun 2019, ou à quoi servent les échanges universitaires ? »

Après-midi – 14h15-18H
[Que veut-on traduire. Perspectives interdisciplinaires et interculturelles]
Atelier : J-P. Dubost, Clermont-Fd : Traduction et création : à partir du  West-Östlicher Diwan de Goethe
Le West-östlicher Diwan est une œuvre née de la réappropriation créatrice d’une traduction (celle du Diwan du poète persan Hafez en allemand). Travailler sur des extraits de cette traduction et ceux de l’œuvre de Goethe permettra de rentrer dans le laboratoire de la création poétique à l’interface des cultures et des langues, du persan à l’allemand, autant de la traduction à l’œuvre nouvelle.

Jeudi 23 mai - Que veut-on traduire ? Perspectives interdisciplinaires et interculturelles 

Matinée 9h-12h30
9h R. Nzameyo (ENS Yaoundé) : Philosophie et textes : expériences et perspectives africaines
10h M. Forster (Rheinische Universität Bonn) : La traduction defamiliarisante et le chinois
11h30 D. Legrand (CNRS, Paris) : ‘Ma langue maternelle étrangère’

Après-midi – 14h15-17h
Atelier :  Fr. Thomas (Rheinische Universität Bonn) et Yijing Zhang (Université Sun Yat-sen, Guangzhou, Chine) : L’idée d’intraduisible en philosophie  
La notion d’intraduisible semble remettre en cause la philosophie dans sa prétention à l’universalité. Elle renvoie souvent à l’idée que la pensée est profondément inscrite dans le langage et dépendante des cadres conceptuels propres à chaque langue. À l’horizon se profile le risque du relativisme linguistique et culturel. Mais intraduisible ne signifie pas incompréhensible. Et comme on le montrera sur des exemples  d’ « intraduisibles » célèbres, travaillés en commun, on ne traduit pas des langues entre elles, mais des discours ; pas des mots isolés, mais des mots en contexte. En définitive : faut-il avoir peur des intraduisibles ?

 

Mis à jour le 20/5/2019