La traduction poétique comme expérience cosmopolite
A+
A-

Conférence de Didier Coste

"La traduction poétique comme expérience cosmopolite".

Par Didier COSTE

La traduction de la poésie, dans sa poéticité, est réputée soit impossible, soit fondamentalement déficiente, soit encore, plus rarement, exaltée comme une création ou re-création parallèle. Ces différentes idées reçues qui, toutes, relèvent d’une vision binaire et ancillaire de l’acte de traduire peuvent tenir à autant d’aberrations en théorie du traduire, mais elles sont singulièrement peu nuancées en ce qui concerne la traduction de la poésie lyrique formelle, en raison sans doute de la double association de celle-ci avec l’expression lyrique personnelle (sentiments uniques), d’une part, et avec des formes fixes ou autres contraintes rigoureuses qui, elles, resteraient sans équivalent concevable dans une autre langue que celle du traducendum “original”.
Mais, par-delà la persistance d’une idéologie romantique hors toute modernité et une sacralité archaïque du texte réfugiée dans le lyrique, il importe de mettre au jour les enjeux politiques de la traduction poétique (aussi bien que du bi- ou multilinguisme poétique) en faisant état d’une expérience cosmopolite à laquelle sa pratique invite nécessairement, sans négliger pour autant les limites de l’interprétation inachevable ni celles des “racines aériennes” de l’hétéroculturalité.
L’autonomie relative de la langue lyrique par rapport à la conversation en cours devrait inciter et inviter à un tel détachement et rattachement multiple.
En sens inverse la prosification traduisante n’a cessé de fondre l’habitat poétique dans le convenu informel du récit, selon lequel on pourrait se comprendre sans distinction ou s’ignorer de proche en proche.
C’est là qu’une politique de la traduction poétique (une éthique de son esthétique) reste presque entièrement à construire, sur les ruines du divin, du cosmique et du global.

Organisateurs :
Laboratoire LDI (Université Cergy-Pontoise) et le projet Medet-Lat, en collaboration avec le PIAL (CRIMIC Paris-Sorbonne) et le LILA (ENS)

Mis à jour le 9/11/2017