Inventarĭum

Exposition de Javier Calvete dans le cadre des Journées hispaniques 2019

Une exposition du photographe colombien Javier Calvete.
visuel © Javier Calvete
© Javier Calvete

C’est après avoir étudié le design industriel à l’Université Industrielle de Santander (Colombie) que Javier Calvete se consacre à la photographie, commerciale et artistique. Son travail met en valeur le vide et l’absence caractéristiques des lieux délaissés (En présence de l’absence 2012, Invisibles 2015), et explore de près les relations que l’homme entretient avec ses objets du quotidien, entre consommation, possession et affection (Les inconnus, 2017). Lors de projets plus expérimentaux comme Onirique (2015), l’artiste a voulu représenter l’intimité du sommeil en photographiant des visages de femme en train de rêver.

Avec Inventarium, un projet réalisé en 2015, Javier Calvete fait résonner les voix de la vie et de la mort. Ces photos sont des portraits où les objets de ceux qui ne sont plus viennent à la fois témoigner de leur absence criante, et aussi la combler en ravivant leur mémoire, comme des trésors du souvenir. Dans un jeu constant entre l’absence et la présence, il revient désormais aux vivants de reconstruire par l’imagination et la mémoire ces condensés d’existence.

 

« La muerte que abre paso a la memoria y esta que desafía a la primera, es el leitmotiv de una obra compuesta por proyectos que buscan aproximarse a esta cuestión desde diversos ángulos. »

« La mort qui ouvre la voie à la mémoire et cette dernière qui brave la première, tel est le leitmotiv d’une oeuvre dont les projets cherchent à appréhender cette question depuis des angles divers. »

Mis à jour le 15/5/2019