Humanités globales, un programme de l'École normale supérieure

Des questions scientifiques et politiques les plus nouvelles et urgentes, de l’intelligence artificielle jusqu’au climat et aux migrations, l’humanité se transforme et en appelle aux Humanités. Que sont-elles ? À quelles urgences répondent-elles ? Comment se transforment-elles ? Comment les transmettre ?
humanités globales

La « globalisation » ce n’est pas seulement la transformation du monde, mais aussi celle de l’humanité. Pour la comprendre, pour y agir, on a donc besoin des sciences de la nature, mais aussi de toutes les connaissances que l’humanité peut avoir d’elle-même, c’est-à-dire de ce qu’on appelle les humanités. Pour comprendre l’humanité globale, on a besoin des humanités globales.

L’École normale supérieure articule depuis toujours les sciences et les humanités ainsi comprises, dans leur rigueur, leur diversité, leur ouverture et leurs effets sur le monde. Elle peut et doit donc contribuer à répondre ce besoin. Tel est le sens du programme Humanités globales lancée à partir de Janvier 2020. Ce programme comprend un colloque de lancement : Questions d’humanités. Il fédère aussi plusieurs projets transdisciplinaires présentés, lancés ou annoncés autour de ce colloque.

 Questions d'Humanités

Il y a aujourd’hui une question des humanités. Ou plutôt il y a plusieurs questions, toutes essentielles, sur les Humanités. C’est d’abord une attente : partout, depuis les questions scientifiques et politiques les plus nouvelles et urgentes, de l’intelligence artificielle jusqu’au climat et aux migrations, on en appelle aux Humanités. Mais que sont-elles, comment s’est élaborée cette réflexion de l’humanité sur elle-même, dans l’histoire et la culture ? Comment se transforme-t-elle aujourd’hui, du numérique aux transferts culturels ? Enfin, on retrouve les Humanités à tous les niveaux de l’enseignement, du Baccalauréat au doctorat en passant par de nouveaux diplômes, Licences et Masters. Comment les enseigner, les transmettre ? Tout cela se tient.

L’École normale supérieure, PSL et notamment l’École universitaire de recherche Translitterae sont au carrefour de ces questions par leur recherche, leur histoire, leur transdisciplinarité, leurs enseignements.

Le colloque Questions d'Humanités de Janvier 2020 sera l’occasion d’une rencontre nationale et internationale. Ils sera en lien avec plusieurs partenaires institutionnels. Il s'organisera en conférences plénières et ateliers parallèles autour de quatre questions centrales : Que sont-elles ? À quels besoins répondent-elles ? Comment se transforment-elles ? Comment les enseigner et les transmettre ?

Ce sera plus qu’un colloque, mais un carrefour et un jalon, à l’attention de tous ceux qui se préoccupent de l’exigence des humanités, aujourd’hui. Il sera aussi l’occasion de la présentation de plusieurs projets en cours, tels les Humanités dans le texte, la Coordination des humanités numériques, le programme Médecine et Humanités, le Master Humanités, l’EUR Translitterae, parmi d’autres.

Avec notamment

Barbara Cassin, philosophe et académicienne | Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d'éthique | Laurence Tubiana, économiste, présidente de la Fondation européenne pour le climat | Nuccio Ordine, professeur en littérature italienne, Université de Calabre | Idetaka Ishida, philosophe, Université de Tokyo | Glenn Most, ENS Pise | Bado Ndoye, Université de Dakar.

Conférences

Conférences inaugurales - Quelles humanités pour l'Europe  ? - Mardi 14 janvier, 19h-21h - Salle Dussane - Plus d'infos ici

Table-ronde de clôture - Mondialisation et Humanités - Jeudi 16 janvier, 18h- 19h30 - Salle Dussane -  Plus d'infos ici

Programme des ateliers

MERCREDI 15 JANVIER
11h-13h. Ateliers parallèles (1e session)

Atelier 1 : Que sont-elles ? - Salle Celan
Histoire du concept Humanités : de l'humanitas aux Humanities
Coordonné par Jacques Neefs et Emmanuel Basset
Cet atelier reviendra sur l’histoire du terme « Humanités », des classiques à l’époque contemporaine, en France mais aussi en Europe et aux Etats-Unis, pour comprendre sa valeur actuelle en regard de son histoire passée.
Intervenants : Wolf Feuerhahn (CNRS) et Philippe Fontaine (ENS - Paris Saclay)

Atelier 2 : À quels besoins répondent-elles ? - Salle des Actes
La Géopolitique des risques et les Humanités
Coordonné par J.Peter Burgess
Le discours de la géopolitique, tel qu’il est mobilisé dans l’analyse de la politique internationale aujourd’hui, puise des sources, des concepts et des perspectives bien disparates. Et pourtant ses affinités institutionnelles et ses parcours professionnels s’alignent surtout avec des intérêts, des question et des réponses propres aux sciences sociales.
A la différence marquante d’autres traditions nationales, la géopolitique en France se comprend comme une symbiose historiquement déterminée entre la géographie et la science naturelle. Ratzel, parin de la géopo­litique française, pense éternaliser ce lien en affirmant en 1897 que « un peuple doit vivre sur le sol qu’il a reçu du sort, il doit y mourir, en subir la loi ».
Et pourtant à partir du moment où l’on pose la question du « peuple » et de son « sort » du « vivre » et du « mourir », l’on plonge dans une logique plutôt culturelle relevant de la représentation des valeurs morales, de l’expression des affects et des pouvoirs de l’imaginaire, entre autres.
Autrement dit, la géopolitique n’a-t-elle pas toujours été une science humaine ?
Cet atelier cherchera à creuser cette hypothèse, à la sonder, à la problématiser et à la reformuler à travers un nombre de cas concrets et de positions théoriques. Il accueillera une conversation ouverte et engagée entre 5-6 chercheurs et son auditoire autour de la question des sources, de la pratique et de la finalité de la pensée géopolitique.

Atelier 3 : Comment se transforment-elles ? - Amphi Galois
Humanités numériques 1 : sociabilité scientifique et rapport au texte
Coordonné par Emmanuelle Sordet et Léa Saint-Raymond
L’outil numérique appliqué aux Humanités transforme-t-il les modes de sociabilité scientifique, modifie-t-il notre rapport au texte, dans sa temporalité et ses interactions ? Ces questions seront abordées au prisme de deux projets d’envergure : l’Edition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie (ENCCRE) et le chantier d’édition électronique de la bibliothèque personnelle de Nietzsche.
Intervenants :
Paolo D’Iorio, directeur de l’Institut des textes et manuscrits modernes
Irène Passeron, Institut de mathématiques de Jussieu -Paris Rive Gauche ; Groupe d’édition des Œuvres complètes de D’Alembert

Atelier 4 : Comment les enseigner ? - Salle Cavaillès
Les spécialités Humanités et Langues et cultures de l’Antiquité au Baccalauréat : réflexions et enjeux
Coordonné par Estelle Oudot et Denis Kambouchner

Atelier 5 : Les Humanités dans le texte (I)- Salle Dussane
Mémoires des champs de bataille : Teutobourg, quel avenir pour une défaite ?
Coordonné par Octave Boczkowski
Étude de la description que fait Tacite du champ de bataille de Teutobourg, au premier livre des Annales (Delphine Meunier). Examen du commentaire qu'en donne Julien Gracq dans En lisant en écrivant (Michel Murat). Différences et ressemblances entre Teutobourg et les champs de bataille à l'époque moderne (Stéphane Audoin-Rouzeau).

16h-18h. Ateliers parallèles (2e session)

Atelier 1 : Que sont les humanités ?- Salle Celan
Le commun des Humanités
Coordonné par Jacques Neefs (Université Paris 8) et Emmanuel Basset (Université PSL)
Le tout des « humanités » est-il plus que la somme de ses parties disciplinaires (philosophie, littérature, histoire…) ou culturelles ? Quel sens des « humanités » permettent les éloignements historiques et les différences actives entre langues et entre littératures ? On confrontera mémoires médiévales, tradition chinoise, pratiques des traductions et interrogations sur l’idée de « classiques mondiaux ».
Intervenants : Christopher Lucken, Université Paris 8, Hong Huang, Université de Nankin, Tiphaine Samoyault, Université Paris 3

 Atelier 3 : Comment se transforment-elles ? - Amphi Galois
Translitteræ 1 : les Humanités à l’heure des transferts
Coordonné par Isabelle Kalinowski
La théorie des transferts culturels, qui forme un des axes de l’EUR Translitteræ, sera illustrée à travers quelques unes des ses réalisations actuelles dans une table ronde dirigée par Pascale Rabault-Feuerhahn (CNRS, laboratoire Pays germaniques) et Julie Ramos (Histoire de l'art).  Elle présentera l’état actuel de l’approche des transferts culturels, ses enjeux et problématiques les plus contemporaines. La philosophe Caterina Zanfi (CNRS, laboratoire Pays germaniques) donnera un aperçu de ses recherches sur les transferts culturels trinationaux entre Allemagne, France et Italie. Le germaniste David Simo, de l’université de Yaoundé I (Cameroun), évoquera à son tour l’impact de la méthodologie des transferts culturels dans le contexte de l’Afrique.

 Atelier 4 : Comment les enseigner ? - Salle Cavaillès
L'enseignement des Humanités dans le premier cycle universitaire et en classes préparatoires littéraires
Coordonné par David Schreiber
Depuis quelques années, le terme « Humanités » apparaît de plus en plus fréquemment dans les intitulés des licences en lettres et sciences humaines du premier cycle universitaire, qui proposent des cursus pluridisciplinaires différents des licences traditionnelles, autour des sciences humaines ou politiques, des lettres – anciennes et modernes -, de la philosophie, de l'histoire et des arts. Comment comprendre la présence de ce terme ? Quelles évolutions récentes reflète-t-il et que suppose-t-il des reconfigurations disciplinaires, des évolutions pédagogiques et des changements structurels dans les universités ? A quels publics d'étudiants s'adressent ces formations et quels types d'orientations nouvelles permettent-elles ? Quelles évolutions parallèles peut-on constater du côté des enseignements des classes préparatoires en lettres et sciences humaines ? Dans quelle mesure assiste-t-on au déplacement (dépassement ?) de la coupure traditionnelle jusqu'ici en vigueur entre classes préparatoires et licences universitaires ? Enfin, sur le plan académique et intellectuel, les « humanités » dessinent-elles une place nouvelle et un sens nouveau pour les disciplines qu'elles réunissent ?
C'est à ces questions que l'atelier 4 cherchera à répondre. Nous interrogerons le sens et la place des « Humanités » dans le premier cycle académique. Nous chercherons à comprendre ce que cela implique en retour sur les disciplines qu'elles regroupent, sur les modalités de leur transmission et, plus généralement, sur les nouveaux rôles qui sont les leurs dans la formation intellectuelle et académique aujourd'hui, voire dans nos sociétés contemporaines. L'atelier sera animé par David Schreiber, professeur agrégé d'histoire à l'ENS, directeur des études de la filière Humanités du CPES de PSL, avec les participations de :

Isabelle Catto, vice-présidente licence et affaires académiques de l'Université PSL, directrice du CPES
Charlotte Lerouge-Cohen, maître de conférences HDR en histoire grecque à l'Université Paris Nanterre, co-directrice de la licence Humanités
Cécile Corbel, maître de conférences en langue et littérature grecques, Responsable pédagogique de la Licence Humanités, Université Rennes 2
Isabel Dejardin, professeur de chaire supérieure de lettres classiques au lycée Pothier à Orléans
Renaud Pasquier, professeur de lettres classiques en classe préparatoire littéraire au lycée Paul Valéry à Paris
Joëlle Soler, maître de conférences en langue et littérature latines, Sorbonne Université, enseignante dans le cadre du bi-cursus Sciences Po Paris I

 Atelier 5 : Les Humanités dans le texte (II) - Salle Dussane
Maîtriser les comètes : une histoire ancienne ? Sénèque, Kepler et ce qui nous échappe encore aujourd'hui
Analyse d'extraits des Questions naturelles (Cécile Merckel). Point de vue de l'astrophysicien (Benoit Famaey) et étude des textes de Kepler (Pierre Jeandillou).

JEUDI 16 JANVIER
10h30-12h30. Ateliers parallèles (3e session)

Atelier 1 : Que sont les humanités ? - Salle Celan
Humanités, anthropologie et sciences sociales
Coordonné par Benoît de l'Estoile
L’anthropologie, en tant que projet de connaissance de l’Homme dans sa diversité, s’est historiquement affirmée comme un prolongement et un dépassement de l’humanisme, élargissant la définition de l’humain très au-delà des bornes des humanités classiques. Figurant à la fois parmi les humanités et les sciences sociales, elle est également confrontée à la redéfinition des rapports entre humains et autres vivants.
Participants : Marie Gaille (CNRS, SPHERE)
Adam Kuper, (London School of Economics/ Boston College)
Benoît de L’Estoile, (CNRS, Ecole normale supérieure, Centre Maurice Halbwachs)
Frédéric Keck (CNRS, Laboratoire d’anthropologie Sociale)

Atelier 2 : À quels besoins répondent-elles ? - Salle des Actes
Médecine et Humanités : un besoin mutuel, avec les étudiants du programme de l'ENS
Coordonné par Déborah Lévy-Bertherat

Atelier 3 : Comment se transforment-elles ? - Amphi Galois
Les Humanités entre la Chine et l’Europe
Coordonné par Isabelle Kalinowski
L’EUR Translitteræ constitue un cadre très innovant d’échanges avec des pays d’Asie dans le domaine des Humanités. Dans un atelier présidé par le sinologue Romain Graziani (ENS Lyon, université de Genève), les programmes en cours avec l’université de Fudan (Shanghai, Chine), avec le Vietnam et avec Taïwan seront présentés par :
Florence Lévy, sinologue, postdoctorante chargée d’accompagner le partenariat avec l’université Fudan au sein de Translitteræ ;
Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS, qui évoquera ses collaborations avec les biblio­thèques de Fudan et de Hanoi ;
Daniel Petit, spécialiste de linguistique grecque ancienne et de grammaire comparée indo-européenne (ENS/EPHE), qui relatera son expérience de professeur invité à Shanghai et au Vietnam
Pascale Rabault-Feuerhahn, germaniste de l’UMR Pays germaniques (CNRS), qui exposera les enjeux du programme bilatéral sur l’histoire de la philologie qu’elle a initié avec l’Academia Sinica de Taipei (Taïwan).

Atelier 4 : Comment les enseigner ? - Salle Cavaillès
Pourquoi un Master Humanités ? nouveaux parcours, nouveaux carrefours
Atelier coordonné par Dominique Combe et Jean-Charles Darmon.
Interventions d'Hélène Blais, Dominique Combe, Daniel Petit, Françoise Zamour (ENS)
Il s'agira de réfléchir sur ce que peut recouvrir et impliquer aujourd'hui la notion d' « humanités » à travers un exemple précis : celui du nouveau "Master Humanités" mis en place cette année par l'ENS et l'Université PSL - la mention « Humanités » permettant en l'occurrence de regrouper des parcours disciplinaires d'une riche diversité. La table ronde réunira des représentants de quatre de ces parcours : Hélène Blais pour « Histoire transnationale » ; Dominique Combe et Jean-Charles Darmon pour « Littératures : théorie, histoire » ; Daniel Petit pour « Mondes anciens » ; Françoise Zamour pour « Art/Théorie, pratiques ».  Tout en dégageant la spécificité de ces formations, les différents intervenants donneront quelques exemples de thématiques d'enseignement et de recherche particulièrement représentatifs, à leurs yeux, de  nouveaux points de vue caractérisant les « Humanités en question ».

Atelier 5 : Les Humanités dans le texte (III)- Salle Dussane
Une rencontre entre l'Inde et la Grèce dans un fragment de Porphyre de Tyr
Coordonné par Octave Boczkowski
Commentaire littéraire et philosophique du fragment 7 du traité Sur le Styx (Claire Poulle). Étude archéologique de la statue qui s'y trouve décrite (Sophie Montel). Examen de ce passage à la lumière des realia indica (Guillaume Ducœur).


15h30-17h30. Ateliers parallèles (4e session)

Atelier 1 : Que sont les humanités ? - Salle Celan
Éléments pour un usage critique des Humanités
Atelier coordonné par Jean-Charles Darmon. Interventions d'Emmanuel Bury (Paris-Sorbonne), Marc Crépon (CNRS-ENS), Jean-Charles Darmon (ENS)
En quoi les « humanités en question », aujourd’hui en quête d’une redéfinition « globale », croisent-elles la vieille question de l’Humanisme ? Que seraient les humanités hors de tout humanisme ? Que serait un humanisme sans les humanités en question ? La notion de critique sera au cœur de cette table ronde. On y croisera trois types de propos interrogeant à la fois, d’un point de vue historique, ce que put être le rôle de l’humanisme dans un rapport nouveau et critique aux humanités ; et, d’un point de vue philosophique, ce que put être, et ce que peut-être,  le rôle des humanités dans l’élaboration de nouvelles formes de pensée critique, à l’épreuve desquelles la notion même d’humanisme ne cesse de se déplacer et de se redéfinir. Après avoir interrogé deux moments de crise au seuil de l’Europe de la première modernité, celui d’Erame (revisité par E. Bury en ses rapports avec la critique inspirée par le modèle cynique), celui du libertinage érudit - évoqué par J.-Ch.Darmon - (développant de nouvelles formes de raison critique, oscillant expérimentalement entre humanisme et anti-humanisme), on abordera la modernité la plus immédiate, où il s’agit de repenser, avec M. Crépon, l'extraordinaire richesse de l'apport des humanités à la formation et à l'exercice d'un authentique « esprit critique ».

Atelier 2 : À quels besoins répondent-elles ? -  Salle des Actes
Débat public et Humanités : quelles expertises pour les SHS ?
Coordonné par Mathias Girel
La table ronde, qui sera suivie d’un débat avec la salle, interroge l’idée d’expertise, qui ne concerne pas seulement les sciences de la nature ou de l’ingénieur, mais bien aussi les sciences humaines et sociales, qui sont de plus en plus convoquées dans les débats publics.
Avec Cédric Moreau de Bellaing, Magali Reghezza et Arnaud Saint-Martin, nous ancrerons le propos sur des questions de sécurité, de catastrophes et d’urgence climatiques et enfin de technologies spatiales, avant d’ouvrir le débat plus largement.

Atelier 3 : Comment se transforment-elles ? - Amphi Galois
Définir les Humanités numériques par la recherche
Coordonné par Emmanuelle Sordet et Léa Saint-Raymond
De nombreux fonds institutionnels sont consacrés à des projets de recherche numériques, d’envergure européenne. Comment contribuent-ils à redéfinir le profil des Humanités ? L'exposé répondra à ces questions à partir de deux projets : HumaReC, MARK16, du Fonds National Suisse, sur des manuscrits du Nouveau Testament, et Imago, du centre d’excellence Jean Monnet, hébergé à l’ENS.
Intervenantes : Claire Clivaz, Institut Suisse de Bioinformatique, Lausanne, CH, Léa Saint-Raymond, ENS.

Atelier 4 : Comment les enseigner ? - Salle Cavaillès
Le Doctorat en Humanités, avec les doctorants l’ED540
Coordonné par Sophie Roux
Des doctorants de l’ED 540, Lucie Fabry, Paul Guerpillon, Jiening Ma et Gabriele Tassinari, croisent leurs questions. L’humanisme du mythe de Protagoras est-il celui de Montaigne, tel qu’il fut lu en Chine au xxe siècle? Y a-t-il un rapport entre la critique épistémologique des humanités formulée en 1960 et les perspectives éthiques ouvertes par une réflexion sur l’animal ?
De manière plus analytique, les présentations seront les suivantes :
Lucie Fabry, « Les années 1960 et la critique épistémologique des humanités »
Paul Guerpillon, « Culture et humanisme dans le mythe de Protagoras »
Jiening Ma, « Former les hommes selon Montaigne en Chine du début du XXe siècle »
Gabriele Tassinari, « Quel est l’objet des humanités ? L’animal de la périphérie au centre de la réflexion en éthique »

Atelier 5 : Les Humanités dans le texte (IV)- Salle Dussane
ARCHAI : À la ReCHerche des Anciennes Identités. Pourquoi a-t-on oublié et redécouvert Troie ?
Coordonné par Octave Boczkowski
Le livre XIII de la Géographie de Strabon et sa négation de l'identification de la Troie homérique avec Ilion nous permettent de saisir les différents sens que les Anciens pouvaient attribuer au "peuple" – ethnos – et à l'ethnicité (Anca Dan)

 

Humanités globales

Le programme Humanités globales fédère plusieurs projets transdisciplinaires présentés, lancés ou annoncés autour de ce colloque.

Parmi les projets déjà en place : Humanités dans le texte, Médecine et HumanitésMasters Humanités et Humanités numériques de PSL.

Il se développera en chaires et réseaux associés, ainsi qu’en une plate-forme et une revue annuelle.

Mis à jour le 16/1/2020