Quand l’électrochimie rencontre la fluorescence

Electrochimica Acta

L’électrofluorochromisme : quand l’électrochimie rencontre la fluorescence.

L’équipe d’Olivier Buriez du Pôle Électrochimie du Département de Chimie de l’ENS (UMR 8640 PASTEUR – ENS/CNRS/Sorbonne Université) a étudié des dérivés de rhodamine qui peuvent se comporter à la fois comme émetteur de lumière par fluorescence et comme commutateur d’oxydoréduction. En d’autres termes, en contrôlant la forme oxydante ou réductrice de la rhodamine, il devient possible d’allumer ou d’éteindre la fluorescence comme un interrupteur.

La combinaison de l'électrochimie et des techniques spectroscopiques est un outil puissant dans les domaines de la chimie analytique, de la biophysique et de la physico-chimie. En particulier l'électrofluorochromisme, dans lequel la fluorescence des molécules peut être modulée électrochimiquement, devient une approche très prometteuse en analyse de milieu biologique. La double détection au sein des cellules des signaux électrochimiques et de fluorescence peut conduire à des biocapteurs très sensibles et sélectifs.
Cet outil analytique ouvre la voie vers la cartographie cellulaire en rendant possible le suivi d’analytes électrochimiquement actifs avec une haute sensibilité par fluorescence.


Contact Chercheur :
Olivier BURIEZ, CR CNRS
UMR 8640 PASTEUR (ENS/CNRS/UPMC)
olivier.buriez@ens.fr

Contact Communication Chimie :
Nicolas LEVY, Responsable Communication Chimie,
Département Chimie ENS (www.chimie.ens.fr)
nicolas.levy@ens.fr