FR  |  EN  
  ENS sur facebook ENS sur twitter ENS sur youtube ENS sur google+
École normale supérieure
Lien vers la page d'accueil de l'ENS Lien vers l'article de l'ENS
> ACTUALITÉS > Agenda > Archives > Journées hispaniques 2017
Suivant

Journées hispaniques 2017

Journées organisées par l’association HispaniENSes

En partenariat avec le Lila, Ecla, les Activités culturelles, le ciné-club de l’Ens.

TRAVERSÉES…
des mots, des espaces, des langues et des images.

Programme détaillé ci-joint

Entrée libre et ouverte à un public extérieur à l’ENS

Ouverture le 14 février à 20h
Projection Los diablos azules - Au pays des diables bleus (48’) de Charlotte Bayer-Broc, en présence de l’équipe du film, en partenariat avec le cycle « Origine et fin de l’Histoire » parrainé par Antoine de Baecque — Cinéma Le Luminor, 20, rue du Temple.


Tous les jours Exposition photographique nomade « Cartographie sans légende de l’hispanophonie » — Hall de l’école et autres lieux indiqués (il suffira de suivre les pistes !), sans interruption, du 20 février dans l’après-midi au 24 février minuit.
A la suite d’un appel à photographies, vingt-sept clichés de jeunes photographes européens et latino-américains seront exposés, comme autant d’invitations au cheminement dans les terres de l’hispanophonie. Le lieu où ont été prises les photos est délibérément caché : nous propos au visiteur de le deviner, pour agencer les frontières au gré de leur imaginaire. 

lundi 20 février

17h30 17h30 Introduction aux Journées — Salle des Actes, avec la présence de Frédéric Worms (ENS, Directeur adjoint Lettres).

18h - 18h50
  Lectures « Villes latino-américaines, points cardinaux ». Choix de textes de Borges, Cortázar, Girondo, Arlt, Fuentes, Salazar Bondy, Fernández lus en espagnol par des étudiants de l’école— Salle des Actes.
 
19h - 20h Rencontre avec Lucie Elgoyhen
 « Los teatros de vecinos argentinos. Des théâtres de la communauté pour la communauté » — Salle Dussane.
Les théâtres communautaires réunissent les habitants d’un quartier ou d’un village. Ces troupes de voisins créent collectivement des pièces qui interrogent l’histoire et l’identité de leur territoire, de leur pays. Elles expérimentent de nouveaux rapports sociaux et modes d’organisation et encouragent la participation à l’échelle locale. Témoins des bouleversements qui ont ébranlé le pays, de la dictature militaire à la crise de 2001, ces théâtres de proximité ont contribué à la réorganisation de l’identité sociale des classes moyennes et au renouvellement de leur action collective. Lucie Elgoyhen retracera l’expérience des théâtres communautaires argentins et présentera l’ouvrage qu’elle a consacré à ce sujet et qui est récemment paru aux éditions de l’IHEAL.
Lucie Elgoyhen est ancienne élève de l’École normale supérieure de Paris et de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Elle travaille aujourd’hui au ministère de la Culture sur la mise en oeuvre des politiques de création artistique dans les territoires.

20h30 - 23h 
Projection-débat Avenue Rivadavia (long-métrage documentaire, 70’) de Christine Seghezzi, en sa présence— Salle Dussane.
On dit que la Rivadavia est la plus longue avenue du monde. Elle traverse Buenos Aires et croise sur sa route de multiples histoires : des fragments de passé, des moments de vie, des destinées tragiques. Autant de vies, autant de fils sensibles. L’avenue Rivadavia ouvre des fenêtres sur d’autres mondes, d’autres temps… Avenue Rivadavia était notamment sélectionné dans la compétition française au Cinéma du Réel en 2013.
Christine Seghezzi est née au Liechtenstein. Après des études de théâtre et de littérature, elle suit une formation à la réalisation documentaire aux Ateliers Varan à Paris. Elle a réalisé plusieurs courts et moyens-métrages documentaire avant Avenue Rivadavia. Histoires de la plaine, son deuxième long-métrage documentaire s’intéresse à l’exploitation du soja dans la Pampa argentine et sortira en salles en 2017.

mardi 21 février

13h - 13h30 Exposition
«  Les chemins de traverse de l’art espagnol » par Eva Sebbagh (visite : 10 personnes max, durée 20 min, rendez-vous dans le hall d’entrée, pour s’inscrire envoyer un mail à eva@sebbagh.net en indiquant le jour souhaité)

18h - 20h Table-ronde
 « Les écrivains latino-américains en Europe : allers-retours de la littérature  ». Diego Trelles Paz (Pérou) et Rodrigo Blanco Calderón (Vénézuela), animée par Felix Terrones — Amphi Rataud.
Discusión, en español, acerca de las formas del exilio y la literatura latinoamericana contemporánea : en qué medida el exilio se mantiene vigente cuando se trata de los escritores jóvenes ? Cuál es el sentido que éste le entregan ? De qué manera se manifiesta en sus creaciones ?
Diego Trelles Paz (Lima, 1977). es un autor peruano. Ha publicado los libros de cuentos Hudson el redentor (2001) y Adormecer a los felices (2015). Es autor de las novelas "El círculo de los escritores asesinos" (2005) y "Bioy" (2012). Asimismo, ha firmado la antología de literatura latinoamericana El futuro no es nuestro (2012). Doctor en literatura latinoamericana, actualmente es lector de español en la Universidad de Caen.
Rodrigo Blanco Calderón (Caracas, 1981) es un autor venezolano. Ha publicado los libros de cuentos Una larga fila de hombre (2005), Los invencibles (2007) y Las rayas (2011). Su novela The Night (2016) ha sido traducida a varios idiomas, entre otros el francés. Actualmente, realiza estudios doctorales en la Universidad Paris XIII.


20h30 - 22h30 Lecture à plusieurs voix, en français et en espagnol, de La flecha de la nostalgia / La flèche de la nostalgie, poème de l’écrivain argentin Sebastián Villar-Rojas, en sa présence — Salle Celan.
Le poème La flecha de la nostalgia est un monologue intérieur cosmique et une dérive mémorielle hallucinée de l’horloge parlante du Brésil écrit par le jeune auteur argentin Sebastián Villar Rojas en 2013 pour une installation conçue par l’artiste visuel Nicolás Bacal. A l’occasion de la publication du texte dans une édition bilingue chez la maison indépendante Denise Labouche Editions, dans une traduction proposée par Claire Allouche (DHTA, ENS), nous vous invitons à entendre ce poème à travers les voix de Leslie Cassagne (DHTA, ENS) et de Gabrielle Smith (« Arts et langage », EHESS) qui incarneront les états d’âme du temps personnifié. La lecture sera suivie d’une discussion avec Sebastián Villar Rojas.
Sebastián Villar Rojas (Rosario, Argentine, 1981) est écrivain, poète, dramaturge et metteur en scène. Il travaille également comme éditeur, traducteur et collaborateur littéraire aux projets de l’artiste Adrián Villar Rojas.


mercredi 22 février



18h - 19h Conférence
«  L’École des traducteurs de Tolède : quand le savoir traverse les langues. », Roland Béhar — Salle Celan.
L’exposé présentera le contexte matériel et intellectuel des contacts plurilingues entre Chrétienté et Islam, à Tolède et plus généralement dans la Péninsule ibérique du XIIe siècle. Dans le cadre de celui-ci, se produisit l’un des épisodes de traduction et de transfert les plus importants de l’histoire occidentale, renouvelant en profondeur les savoirs, que ce soit en mathématiques, en astronomie, en physique, en métaphysique ou encore en médecine.
Roland Béhar est maître de conférences en Littérature hispanique à l’ENS. Formé aux universités de Paris-Sorbonne et de Lille III, ainsi qu’à l’Ecole des Hautes Etudes Hispaniques et Ibériques (Madrid), il s’est spécialisé dans l’étude de la Renaissance en Espagne et, plus généralement, des échanges culturels et textuels au début des Temps modernes, notamment dans l’aire de la Méditerranée occidentale.

19h - 20h Conférence
Bibliotecas secretas del siglo XVI en árabe y en español, Nuria Martínez de Castilla (Ecole Pratique des Hautes Etudes)— Salle Celan
L’exposé portera sur les enjeux d’une littérature en langue romane écrite en caractères arabes et hébreux, au cours du Moyen Âge et au début des Temps modernes.

Nuria Martínez de Castilla est directrice d’études à l’EPHE, Section des Sciences Historiques et Philologiques. Elle a effectué sa formation à l’Universidad Complutense (Madrid), au Warburg Institute (Londres), et au CSIC (Madrid), en philologie romane et en études islamiques. Elle est spécialiste en codicologie et en histoire matérielle du livre dans le monde de l’Islam.

20h30 - 22h30 Table ronde «  La littérature latino-américaine en France ? Perspectives de lecteurs. » Anne-Marie Métailié (éditions Métailié) et Guillaume Contré (Le matricule des anges). Animé par Felix Terrones — Salle Dussane.
Conversación en español acerca del lugar de la literatura latinoamericana en el panorama francés : los editores, críticos y lectores. Qué entendemos cuando hablamos de literatura latinoamericana ? Existe una percepción cabal del fenómeno o ésta se encuentra mediatizada por las diversas etapas de la cadena del libro.
Guillaume Contré (Paris, 1979) es músico, escritor y crítico literario francés. Como crítico colabora, entre otras publicaciones, con Le matricule des anges con notas dedicadas a la literatura latinoamericana. Ha traducido al francés a autores como César Aira y Pablo Kachadjian.
Anne-Marie Métailié (Sidi-Bel-Abbès) es traductora y editora literaria. Directora, desde 1979, de la editorial Métailié. Entre otros autores latinoamericanos, ha dado a conocer al público francés a Paco Ignacio Taibo II, Luis Sepúlveda, Leonardo Padura y Selva Almada.

jeudi 23 février

13h - 13h30 Exposition «  Les chemins de traverse de l’art espagnol » par Eva Sebbagh (visite : 10 personnes max, durée 20 min, rendez-vous dans le hall d’entrée, pour s’inscrire envoyer un mail à eva@sebbagh.net en indiquant le jour souhaité)

18h - 20h Conférence-débat
 «  Mémoire et plan-séquence, une traversée de l’Amérique latine » par Gabriela Trujillo, docteure en études cinématographiques, spécialiste des cinémas d’Amérique latine, travaille à La Cinémathèque française. — Salle Dussane.
D’où vient l’idée d’un cinéma latino-américain ? Aussi passionnante que controversée, l’hypothèse d’un continent de cinéma reste problématique ... et c’est pourquoi, en une heure et quelques plans séquences, je propose une histoire subjective du cinéma latino-américain, de Cuba au Brésil, passant par l’Argentine et le Mexique pour finir au Pérou - ou était-ce l’inverse ?

20h30- 22h30 Projection-débat 
 : La leyenda del tiempo (2006) de Isaki Lacuesta (115’). Discussion animée par Ona Balló Pedragosa — Salle Dussane.
Isaki Lacuesta (Gérone, 1975) a écrit et réalisé une trentaine de courts-métrages et huit longs-métrages.
La Leyenda del Tiempo (2006), son premier grand succès, confirme son intérêt pour les croisements entre cultures, toujours au bord de la fine ligne qui sépare la réalité de la fiction. Le film suit deux histoires qui vont en sens opposé : un enfant qui décide de ne plus jamais chanter le flamenco et une jeune japonaise qui voyage en Espagne pour apprendre, justement, ce type de chant. Lui qui se prive de son don et elle qui fait son possible pour y arriver.
Les « traversées » de Lacuesta s’élargissent avec Los condenados (2009), tourné en Pérou, El cuaderno de barro (2011) et Los Pasos Dobles (2011), film primé de la Concha de Oro au festival de San Sebastián. Ses explorations sur les frontières du documentaire se trouvent aussi dans sa correspondance filmique avec Naomi Kawase, In between days (2009), un projet qui résonne dans les centres artistiques. En 2018 le Centre Pompidou consacrera la retrospective intégral de son ouvrage.

20h30 - 22h Théâtre
 El enano en la botella de Abilio Estévez, par la Compañía Trazo, représentation en espagnol sur-titrée en français — Théâtre de l’ENS.
Dans El Enano en la botella (Le nain dans la bouteille), le cubain Abilio Estévez fait surgir la voix d’un petit être qui voudrait traverser les mers mais n’a comme seul horizon que le noir qui l’entoure et les images de sa rêverie… Un spectacle en espagnol surtitré en français.
Avec : Marie Astier et Leslie Cassagne ; mise en scène : Ivan Jimenez.

vendredi 24 février


17h30 - 18h30 Dialogue-atelie
r autour de El enano en la botella  — Théâtre de l’ENS.
Animé par les comédiennes et le metteur en scène.
Qu’est-ce que jouer dans une langue étrangère ? Comment trouver la musicalité de cette langue et lui faire traverser les corps ?

18h30 – 20h Table Ronde « Les relations littéraires et culturelles franco-colombiennes », avec Eduardo García Aguilar et Ernesto Mächler, animée par Roberto Salazar Morales (dans le cadre de l’année France-Colombie 2017). Discussion en français – Salle 236, 29, rue d’Ulm.
Né en 1953 à Manizales (Colombie), Eduardo García Aguilar vit à Paris depuis 1979. Romancier, poète, il est aussi l’auteur de plusieurs essais, dont une biographie d’Álvaro Mutis.
Auteur de poèmes et de récits de voyages, Ernesto Mächler Tobar est maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne d’Amiens.

20h30 - 22h Théâtre
 El enano en la botella, représentation en espagnol sur-titrée en français — Théâtre de l’ENS.
Dans El Enano en la botella (Le nain dans la bouteille), le cubain Abilio Estévez fait surgir la voix d’un petit être qui voudrait traverser les mers mais n’a comme seul horizon que le noir qui l’entoure et les images de sa rêverie… Un spectacle en espagnol surtitré en français.
Avec : Marie Astier et Leslie Cassagne ; mise en scène : Ivan Jimenez.


« Evénement associé. Journée d’étude organisée par le LILA. Formes de l’action poétique : Federico García Lorca et le Romancero Gitano

Participants
Jocelyne Aubé Bourligueux, Roland Béhar, Carole Boidin, Zoraida Carandell, Laura García Lorca, Guiomar Hautcoeur, Émilie Picherot.
Pour plus de détails

Contacts & Plans  |   L'ENS recrute  |   Marchés publics  |   Annuaire  |   Intranet-ENT  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   ENS sur facebook ENS sur twitter ENS sur youtube ENS sur google+